• Extrait:
    "Autour des Eglises, les prestataires de service se multiplient. Oeuvres para-ecclésiastiques, sociétés commerciales, indépendants nouent des relations économiques parfois peu claires avec les communautés. Que faut-il en penser?"


    Article tiré du journal Vivre du 09.11.2002

    http://www.logoscom.org/businessevangelique.htm <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    votre commentaire
  • Pendant mes recherches j'ai trouvé de nombreux articles concernant la place que prend la religion dans notre vie quotidienne au delà de l'aspect privé qui ne concerne pas directement mon sujet. Je me suis rendue compte que la religion était aujourd'hui devenue un outil marketing, un outil qui fait vendre et que les croyances et le culte sont aujourd'hui utilisés à tous les niveaux comme ont été utilisés le sexe et la couleur de peau au cours des derniers décennies.



    Si le marketing réussi parfaitement à utiliser des codes religieux universels pour nous vendre des produits sans rapport avec Dieu ou pour véhiculer des messages compréhensibles par tous, croyants ou athés; la religion comme outil marketing et comme outil de vente est aussi en proie à une utilisation parfois peu clair et parfois bien loin des principes chrétiens auxquels nous nous attendons. Nombreux sont les croyants fervents qui se sont fait arnaquer ou déposséder de leur argent par des personnes peu scrupuleuses qui ont joué sur la religion et la dévotion de ces croyants. Ou se situe la limite et la morale de certaines organisations para-ecclésiastiques qui n'ont pour but le bien être psychologique des gens mais bien le profit économique?



    La religion n'est plus aujourd'hui quelque chose qui relève de la sphère privée. On n'hésite plus à mettre en avant tel ou tel aspect de la religion via des t-shirts et autres accessoires, que ceux-ci correspondent à nos croyances personnelles ou non. Qui n'a jamais croisé quelqu'un portant un t-shirt à l'effigie de Jésus ou de Marie avec un message à l'opposé des vertus chrétiennes? Les jeunes qui portent ces t-shirts qui ridiculisent la religion (catholique le plus souvent) sont-ils forcément anti-catholiques ou tentent-ils au contraire de mettre en avant un nouveau courant de pensée religieuse qui accepte d'allier religion et autodérision? De la même façon, il n'est pas rare de croiser de nombreuses personnes portant des t-shirts aux messages ridiculisant la reine Elisabeth II lorsqu'on est en Angleterre alors qu'on sait que le peuple britannique est l'un des peuples européens les plus attaché à sa monarchie...



    Il semble plutôt s'agir d'un effet de mode, surtout auprès des jeunes (collégiens et lycéens). A l'instar du mouvement anarchiste qui était le must de la mode il y a quelques années, il est aujourd'hui de bon ton de tourner en dérision les valeurs religieuses lorsqu'on est jeune... quitte à revenir aux principes "de base" en atteignant l'âge adulte.


    1 commentaire
  • Ce salon organisé à Paris en juin 2005, avait pour thème les tendances alimentaires de demain dans le monde et regroupait trois salons différents:
         - le Salon International des Terroires du Monde
         - le Salon International de l'Alimentation Halal
         - le Salon International de l'Alimentation Kasher

    http://www.carinsa.es/.docs/carinsa/salonhalal.pdf

    On apprend ici par exemple ce que sont les produits dits Halal et ceux dits Kasher. On y apprend également qu'en 2004 le marché de l'alimentation Halal représentait 150 milliards d'euros dans le monde et 15 milliards d'euros en Europe; alors que le marché de l'alimentation Kasher ne représentait que 5 milliards d'euros en Europe à la même période.
    Cette différence d'importance du marché s'explique bien entendu par le nombre de fidèles de chaque religion. Si dans le monde les Juifs ne sont que 14 millions, les Musulmans sont eux plus de 1,3 milliards. Cette proportion se retrouve également en France où les Juifs ne sont que 575 000 pour 5 millions de Musulmans.



    Ce qui est intéressant de noter ici c'est que l'alimentation Halal et Kasher est considéré comme une tendance alimentaire en pleine expansion. En effet, beaucoup de pays se trouve aujourd'hui confronté à la multiplication des cultes religieux et aux règles de vie qui vont avec. Certaines minorités religieuses s'imposent de plus en plus pour quitter ce rang de "minorité", tel l'Islam qui est aujourd'hui la deuxième religion de France.
    Si pendant longtemps ces communautés religieuses (musulmanes et juives) ont du s'auto-approvisionner en produits typiquement liés à leur religion, elles voient aujourd'hui l'émergence de nouveaux sites de distribution tels que les grandes surfaces.



    Proposer ces produits a une influence à plusieurs niveaux. Cela permet tout d'abord au consommateur de vivre pleinement sa religion et d'en suivre les préceptes même dans un pays laïque ou dont la religion est déiffernte de la sienne. il est pourtant encore parfois difficile de trouver des produits Halal ou Kasher dans certains pays ou certains villes mais cela tend néanmoins à se développer. Ce désir éprouvé par de plus en plus de gens de pouvoir acheter des produits respectueux de leurs croyances prouve une quête d'identité, un besoin de revendiquer son appartennce à un groupe social.
    Mais proposer ces produits "atypiques" ou du moins non-traditionnels (comme la viande Halal en France) peut également permettre aux communautés qui les consomment d'être connues et reconnues, d'être davantage "banalisées" et d'accélerer l'acceptation de ces religions qui ne sont pas toujours propres à un pays.


    Extrait:
    2ème salon de l'alimentation halal et 2ème salon de l'alimentation kasher.
    Ce salon rassemble chaque année les principaux opérateurs français et internationaux, fabricants, agents, distributeurs, agences de certification et organismes officiels concernés par les produits halal dédiés aux consommateurs musulmans et par les produits kasher dédiés aux consommateurs juifs, en Europe et dans le monde.


     


    1 commentaire
  • Cet article est le premier à s'intéresser concrètement à l'influence que peut avoir la religion sur la consommation de certains produits et il propose une comparaison entre plusieurs cultes.
    Cette étude a été menée dans la province canadienne d'Alberta et il en est présenté ici un compte-rendu.


    http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2452733


    Les auteurs ont ici tenté de comprendre comment la consommation d'alcool et de tabac, pouvait être influencée par trois critères liés à la religion: l'affiliation, le degré de pratique et enfin les croyances liées à chaque religion.
    Les auteurs ont ainsi mis en évidence que les Protestants Evangéliques ont une consommationde tabac et d'alcool moindre que les personnes qui se déclaraient Catholique ou d'une autre confession. Il semblerait également que les résultats de cette étude menée au Canada corresepondent aux résultats obtenus lors d'études menées aux Etats-Unis.


    On peut se demander si les résultats de ces études auraient été similaires si ces dernières avaient été menées dans des pays Européens et plus particulièrement en France. Peut-être la pratique de la religion et le respect de la doctrine sont-ils plus ancrés dans la vie quotidienne en Amérique du Nord qu'en Europe? Il existe peut être davantage de respect des règles et valeurs liées à la religion dans ces pays qu'en France en Allemagne ou au Royaume-Uni.
    Peut-être les pays Européens ont-ils pris davantage de recul vis à vis des règles imposées par leur religion, et les sociétés sont-elles moins traditionnalistes à ce niveau. Contrairement aux Américains (USA et Canada) les Européens ne s'embarassent peut-être plus à considérer la consommation de tabac et d'alcool comme un péché...


    Résumé:
    "Studies have shown that marital and socioeconomic status influence the extent to which persons engage in health compromising behaviours. In this study the authors focus their attention on the impact of three aspects of religion - affiliation, participation, and beliefs, on two important health related behaviours : cigarette smoking and alcohol consumption.
    Based on data from the 1990 Alberta Survey, they find that for both cigarette and alcohol use some aspects of religion are related to levels of use while others are not. The influence of affiliation indicates that being Evangelical Protestant induces lower levels of use of tobacco and alcohol than being Catholic or belonging to other denominations; the level of religious attendance is inversely associated with the two health related behaviours; but the strength of religious beliefs fails to show any significant bearing on smoking or alcohol intake.  The statistical analysis controls for the potential confounding influences of family structure, SES, gender, geographic locale, and age. Of the family variables included in the study, children in the household emerge as the most important, having a limiting influence on alcohol consumption (but no effect on smoking), while marital status is of no substantive relevance in explaining these two behaviours.


    Respondents with low levels of completed education are more likely to smoke, while those with higher family incomes are more likely to consume alcoholic beverages. Gender shows a significant effect in the case of alcohol, but not for smoking, and geographic location is statistically unimportant in either case. Age has a curvilinear relationship with cigarette smoking, but not with alcohol use. The findings concerning religion and risk behaviours are generally consistent with previous research based mainly on United States samples."


    votre commentaire
  • Ce document est le résumé d'une conférence tenue pour le groupe "Les Semeurs d'Espérance", qui réunit de jeunes catholiques (à Paris et à Nantes) depuis 1998 et qui se réunit chaque mois au cours de veillées qui débutent par la conférence d'une homme d'affaire, théologien, artiste... Ces conférences ont toutes pour thème la place des Chrétiens dans la société.


    Ici, la conférence est donnée par François Villeroy de Galhan, PDG de Cetelem.

    http://www.semeurs.org/Archives/Veillee_17_jan_2003/FVG_Compte_rendu_(17-01-03).pdf <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    Extrait:
    Les chrétiens ont facilement peur de l'argent. Celui-ci a pourtant une contribution positive dans la création humaine et il est nécessaire à l'économie (...)


    Le développement de la finance a deux conséquences:
         - la financiarisation de l'économie
         - la financiarisation des mentalités (individualisme)


    "L'argent est un bon serviteur et un mauvais maître." Alexandre Dumas fils in La Dame aux Camélias


    Il convient de distinguer pauvreté et misère. La misère est toujours subit et elle doit être combattue. Elle est dégradante pour l'homme. La pauvreté peut être choise, elle peut avoir du sens. La pauvreté n'est jamais de renoncer à lutter contre la misère. (...)


    Le partage "forcé", l'impôt, a du sens, il a une valeur civique et une valeur de partage. Mais en ce qui concerne le partage "volontaire", l'Eglise propose encore peu de repères pratiques pour fixer ce solde qui est laissé au libre-arbitre de chacun. (...)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires